Il nous faut encore des renforts ! Le GHRMSA a toujours besoin de renforts pour continuer à faire face au Covid-19 et envisager la reprise progressive de ses activités.

Publié le

Concernant le personnel médical, le GHRMSA recherche des médecins anesthésistes-réanimateurs, des médecins urgentistes, et des médecins de médecine interne pour les sites de Thann et Altkirch. Pour le personnel soignant, les besoins concernent les infirmiers et les aides-soignants dans les secteurs post-réanimation, de médecine, de rééducation et en EHPAD.

©

Dans cette crise, le GHRMSA a pu compter sur la solidarité de ses agents et de volontaires extérieurs. Le redéploiement des personnels en interne et le recrutement des professionnels extérieurs ont été gérés par la Cellule de déploiement des renforts mise en place dès le début de la crise sanitaire. Les services administratifs et logistiques ont apporté et continuent d’apporter leur soutien sans faille à cette occasion : la DRH et son service de recrutement, la CGS, l’IFMS, la Direction des Affaires Médicales, le pôle Ressources matérielles. Les professionnels médicaux et non médicaux du GHRMSA ont pour leur part mobilisé leurs réseaux professionnels, permettant de faire venir des soignants de toute la France.


Depuis le début de la crise, plus de 430 personnels non médicaux sont intervenus en renforts externes essentiellement sur des fonctions IDE et AS mais aussi en rééducation et dans les services logistiques. Plus de 250 étudiants en soins infirmiers et aides-soignants ont apporté une aide précieuse sur les compétences AS, ASH ou brancardage.
Plus de 200 médecins (réserve sanitaire incluse) sont venus prêter main forte principalement dans les services d’anesthésie-réanimation et aux urgences, essentiellement pour assurer un renfort en régulation, mais également en gériatrie, ou encore dans les services de médecine polyvalente de Thann et Altkirch.


Ces renforts ont été mis à disposition par des établissements publics ou privés et provenaient de toute la France, notamment des régions PACA et Nouvelle Aquitaine.


Aujourd’hui, le nombre des volontaires diminue alors que la situation reste tendue. Avec la reprise des activités qui se profile au GHRMSA, le recours à de nouvelles forces vives est donc plus que jamais nécessaire !