Covid-19

L’équipe « ventralisation » : « un bel exemple de solidarité »

Publié le

Le Dr Flora Jullian a fait partie de l’équipe « ventralisation » qui intervenait auprès des patients atteints du Covid-19 pris en charge en réanimation. Elle nous livre son témoignage.

« Au GHRMSA, les internes en chirurgie et les chirurgiens ont spontanément créé l’équipe « ventralisation », puisque l’activité chirurgicale a diminué avec le covid. Quatre personnes étaient disponibles tous les jours pour intervenir en réanimation médicale et à l’UP2R, la réanimation du bloc opératoire.

Les patients sont ventralisés quand ils se dégradent sur le plan respiratoire. En les mettant sur le ventre, il y a un meilleur « recrutement alvéolaire » et une meilleure répartition de l’oxygène dans les zones dorsales du poumon qui sont dites « dépendantes ». Cela contribue à une meilleure adéquation du rapport entre zones dépendantes et non dépendantes. Les premières descriptions de la ventralisation datent de 1976. Mais ce n’est que 30 ans plus tard que la technique a été adoptée dans certains cas, après plusieurs études cliniques.

La ventralisation impose d’être une équipe de 5 personnes minimum : 2 de chaque côté du patient et un réanimateur à la tête pour tenir la sonde d’intubation. Les personnes obèses nécessitent des renforts supplémentaires. Idéalement, une 6ème personne place des coussins anti-escarres sous le patient. Cette précaution est importante chez les patients de réanimation qui sont parfois dénutris.

J’ai été contente d’avoir pu apporter mon aide dans le cadre de cette crise. Je n’ai pas de compétences particulières en réanimation, mais se rendre utile était important pour moi. J’ai été agréablement surprise de voir autant de personnes se mobiliser pour venir aider à retourner les patients. C’est un bel exemple de solidarité entre soignants !

Actuellement, il y a moins de retournements. Alors l’ex-équipe « ventralisation » se charge de mettre en lien les patients de réanimation et leur famille via skype, car les visites sont toujours interdites. Cela permet aux familles de voir leurs proches.
 »