Pédiatrie néonatale : Une équipe médicale en plein essor et des pratiques harmonisées avec le CHU de Strasbourg

Publié le

Au service de pédiatrie néonatale du GHRMSA, une nouvelle équipe médicale se met en place. L’arrivée de cette nouvelle génération de médecins est le fruit d’une collaboration établie avec le service de pédiatrie néonatale du CHU de Strasbourg (site de Hautepierre). Grâce à ce partenariat gagnant-gagnant, les pratiques s’harmonisent et la qualité de prise en charge se bonifie.

En Alsace, seuls le GHRMSA et le CHU de Strasbourg (site de Hautepierre) sont dotés d’une maternité de niveau 3 spécialisée dans la prise en charge des grossesses à risque et des nouveau-nés prématurés. L’existence d’une maternité de ce niveau est obligatoirement liée à la présence proche d’un service de pédiatrie néonatale. A l’hôpital Femme-Mère-Enfant du GHRMSA, la maternité comptabilise 3500 naissances par an. Pour la grande majorité des bébés, la naissance se passe comme prévu. Mais 500 d’entre eux nécessitent une hospitalisation dans l’une des unités de néonatologie : réanimation néonatale, soins intensifs ou médecine néonatale conventionnelle. La moitié des enfants hospitalisés sont des grands prématurés naissant avant 33 semaines d’aménorrhées. Certains peuvent être transférés en urgence vers le CHU pour une prise en charge en chirurgie digestive ou cardiaque avant de retourner au GHRMSA pour le suivi post opératoire.

 

Un enjeu essentiel dans la prise en charge des nouveau-nés

 

Des liens naturels existent donc entre les équipes de néonatologie du GHRMSA et celles du CHU de Strasbourg. Ces liens ont été renforcés en 2019, alors que la néonatologie mulhousienne s’installait dans ses nouveaux locaux à l’hôpital Femme-Mère-Enfant. Grâce à ce partenariat, les unités de néonatologie du GHRMSA profitent du savoir-faire des équipes du CHU de Strasbourg. Le Docteur Benoît Escande, spécialiste en néonatologie pédiatrique à l’hôpital de Hautepierre et, par ailleurs, membre de la coordination du réseau périnatal d’Alsace, est ainsi présent tous les mardis à Mulhouse. Cette collaboration vise d’abord à harmoniser les fonctionnements et les pratiques. La démarche s’appuie, notamment, sur le partage d’expériences et les travaux menés dans le cadre de la coordination du réseau périnatal d’Alsace. « Ce rapprochement est un enjeu essentiel dans la prise en charge des nouveau-nés nécessitant des soins très spécialisés », souligne le Dr Escande. « Ainsi, pour les bébés transférés en urgence à Hautepierre puis rapatriés à Mulhouse, nous avons mis en place des protocoles de prise en charge communs. On observe que lorsque les pratiques sont identiques, les parents vivent cette situation plus sereinement. »

 

Le développement harmonieux du bébé est recherché

 

Ce rapprochement est aussi l’occasion de s’ouvrir à l’innovation. Les équipes médicales et soignantes de Mulhouse et Strasbourg suivent les recommandations du NIDCAP (New Born Individualized Care Assessment Programm), un programme de soins de développement individualisés pour les bébés prématurés. En Alsace, c’est le Professeur Pierre Kuhn, chef du service de néonatologie au CHU de Strasbourg, qui contribue à l’étude et au développement de cette approche basée sur l’évaluation des capacités sensorielles de l’enfant et son environnement. Le développement harmonieux du bébé est recherché en reproduisant des conditions proches de la vie intra-utérine. Dans ce processus, les parents sont de véritables « partenaires de soins ». Ils apprennent à s’adapter aux besoins de leur enfant. Ils se familiarisent avec l’enveloppement et le « peau à peau » pour que leur enfant entende la voix, les bruits digestifs et battements du cœur de la maman ou du papa qui voit désormais son congé paternité passer de 14 à 28 jours. Tout est fait pour permettre aux parents de rester près de leur enfant. « Avec ces principes, dont les effets sont scientifiquement démontrés, le développement neurologique de l’enfant est favorisé. Il y a davantage d’enfants qui survivent normalement sans troubles du comportement ou moteur.», relève le Dr Escande. Depuis septembre, Isabelle Cambourian, infirmière puéricultrice, a été affectée en néonatologie, en tant que coordinatrice NIDCAP, pour bien ancrer ces pratiques auprès des professionnels et des parents. L’environnement et les équipements ont aussi leur rôle à jouer. A l’hôpital Femme-Mère-Enfant, les locaux des unités de néonatologie ont été conçus pour minimiser les bruits. Les enfants sont pris en charge dans des chambres individuelles pouvant accueillir les parents. De plus, pour le confort et la sécurité des bébés, le service de néonatologie a pu renouveler son parc de couveuses et de respirateurs de réanimation, « un investissement soutenu par la Direction du  GHRMSA et le Pôle ressources matérielles qui ont été à notre écoute », se félicite le Dr Stern-Delfils.

 

« En deux ans, le nombre de médecins aura doublé en néonatologie »

 

De nombreux postes médicaux n’étaient pas encore pourvus, et la collaboration avec le CHU de Strasbourg a permis de soutenir et de renforcer l’équipe en place. Au GHRMSA, la néonatologie profite pleinement du dispositif des postes de médecins assistants à temps partagé. Cette formule permet à de jeunes médecins d’exercer durant deux ans entre un CHU et un centre hospitalier afin de parfaire leur formation et d'acquérir de l’expérience. Le Dr Stern-Delfils en est issue, tout comme ses consoeurs les docteurs Pauline Philippe et Clara Mertes qui comptent parmi les nouvelles recrues. Entre temps, l’équipe médicale s’est enrichie de la venue du Dr Anne Raveau, assistante spécialiste et futur praticien hospitalier du service. Pour compléter cette revue d’effectifs, il faut ajouter l’arrivée, au mois de novembre prochain, du Dr Le Chatelier, praticien hospitalier, et de deux docteurs juniors (en dernière année du 3ème cycle des études médicales), le service de néonatologie étant agréé pour former les internes de 5ème année. « Ce renouvellement médical est la preuve d’un regain d’attractivité pour notre spécialité », note le Dr Stern-Delfils. « En deux ans, le nombre de médecins aura ainsi doublé en néonatologie. » Cette nouvelle équipe médicale vient compléter le trio de médecins déjà présents depuis plusieurs années au GHRMSA : les Dr Julia Lavoignet, Laurence Keller et Jean Nakhleh. Voilà une excellente nouvelle pour les nouveau-nés et leurs parents pris en charge par une équipe de pédiatrie néonatale animée par une nouvelle dynamique et prête à maintenir à flot l’activité de la deuxième maternité de niveau 3 d’Alsace.