Le Centre d’évaluation et de traitement de la douleur : un service ressource pour les patients souffrant de douleurs chroniques

Publié le

Soulager la douleur pour améliorer la qualité de vie des patients souffrant de douleurs chroniques : telle est la vocation du Centre d’évaluation et de traitement de la douleur du GHRMSA. Animée par une équipe pluridisciplinaire spécialisée, cette unité, partagée entre les sites de Thann et de Mulhouse, propose une approche globale et un accompagnement adapté à chaque patient.

Le Centre d’évaluation et de traitement de la douleur (CETD) du GHRMSA est rattaché au pôle de Médecine physique, Réadaptation, Rhumatologie, Douleur. L’activité s’organise autour de deux unités implantées à l’hôpital de Thann et à l’hôpital Emile Muller à Mulhouse. Ces deux unités proposent des consultations et des interventions techniques réalisées en ambulatoire au plateau technique de Thann ou à l’hôpital de jour du service de Rééducation-Rhumatologie de l’hôpital Emile Muller.

 

Des douleurs chroniques présentes depuis plus de 3 mois à 6 mois

 

Le CETD accueille les patients à partir de 16 ans. L’adressage par leur médecin traitant ou leur médecin spécialiste est obligatoire, l’indication est la présence de douleurs chroniques, définies comme des douleurs présentes depuis plus de 3 mois à 6 mois. Les motifs de consultation les plus fréquents sont les douleurs dites fonctionnelles, les douleurs post-opératoires ou post-traumatiques et les douleurs secondaires à d’autres maladies, en particulier en rhumatologie, en neurologie et en oncologie. Même si la plupart des médecins est confrontée au quotidien à la réalité de la douleur, son évaluation et son traitement peut bénéficier de l’avis d’un centre spécialisé, en particulier en cas de chronicité. Sur le plan diagnostic, on distingue deux types de douleurs. Il y a, d’une part, les patients souffrant de syndromes douloureux primaires, chez qui la symptomatologie douloureuse s’est, en quelque sorte, autonomisée et d’autre part, les patients souffrant de syndromes douloureux secondaires, chez qui le symptôme douleur s’observe dans le cadre d’une maladie déjà identifiée. 

 

Aider le patient à se saisir des thérapies proposées

 

Le CETD constitue parfois l’ultime recours pour des patients dont les douleurs sont difficiles à traiter. Certains d’entre eux arrivent en consultation assez découragés, avec un sentiment d’abandon, après avoir consulté plusieurs spécialistes et effectués de nombreux examens complémentaires. Il est important de cerner leur problématique pour leur proposer un accompagnement personnalisé, ainsi que des solutions thérapeutiques appropriées dont on espère qu’elles les soulageront. Au CETD, le patient bénéficie de l’expertise d’une équipe pluridisciplinaire composée de trois médecins, de deux infirmières et deux psychologues. Ces professionnels ont suivi des formations complémentaires permettant d’accompagner de façon ciblée les patients souffrant de syndromes douloureux chroniques. L’accompagnement repose sur une approche médicale, mais pas toujours pharmacologique, encore que parfois interventionnelle. Nous proposons plusieurs angles d’approche, une approche corporelle non médicamenteuse ne s’opposant pas à une aide psychologique ou à un réentrainement à l’exercice physique. L’objectif est d’aider le patient à se saisir des thérapies proposées afin de soulager ses symptômes douloureux et d’améliorer sa qualité de vie. 

 

L’addition de plusieurs ressources thérapeutiques

 

Pour traiter la douleur, il n’y pas une, mais souvent plusieurs solutions, bien que le terme de solution ne soit pas tout à fait adapté. C’est l’addition de plusieurs ressources thérapeutiques, mise en œuvre par l’équipe du CETD, qui peut soulager le malade. Le CETD propose des thérapies diversifiées et, si possible, non médicamenteuses. L’utilisation d’appareils de stimulation électrique transcutanée, la mésothérapie, les anesthésies loco-régionales par infiltrations ou la mise en place de patchs antidouleurs peuvent être proposées. Deux psychologues sont disponibles et apportent une aide souvent très importante, à court et moyen terme. Certains patients du CETD bénéficient également de la coopération du neurochirurgien aux Hôpitaux civils de Colmar, pour discuter l’indication de techniques antalgiques dites invasives. La coopération est également efficace avec les services de rééducation, de rhumatologie et d’addictologie.

 

 (Propos recueillis auprès du Dr. Lédée, Praticien Hospitalier et responsable du Centre d’Evaluation et de Traitement de la Douleur du GHRMSA)